Séminaire « Les échanges artistiques entre la France et la Russie aux XIXe et XXe siècles »

Séminaire du vendredi 18 avril 
Lieu : IreMus, Bibliothèque nationale de France, 2 rue de Louvois, Paris
Horaires : 10-17 heures 
Responsables :
Sylvie Mamy (IreMus)
Pascale Melani (Université de Bordeaux-Montaigne)
 Les échanges artistiques entre la France et la Russie aux XIXe et XXe siècles :
le théâtre musical.

Elena Vorobieva Sauvanet. –  La nouvelle troupe française à Saint-Pétersbourg (1810-1822) : les débutants de l’Opéra de Paris sur la scène russe. Le destin de l’opéra-comique français sur la terre russe est indissociable du choc historique que provoquèrent en Russie les guerres napoléoniennes. Si elles ont d’abord exercé une influence funeste sur la situation de la Troupe française en 1812, quelques années plus tard, vers 1820, ces guerres ont plus encore joué un rôle négatif dans la société et ouvert un fossé grandissant entre l’opéra-comique français et le public russe. Durant les dernières années du règne d’Alexandre Ier, on vit apparaître toutefois, à la Cour, des tentatives diverses pour faire renaître l’Opéra français, d’abord au sein de la Direction impériale des théâtres (1819-1822), puis sous forme d’entreprise privée (1822-1825). On peut citer par exemple le nom de Josèphe Hyacinte Brice, qui avait débuté à l’Opéra de Paris en 1816.

Irina Akimova. – La Revue musicale (1920-1939) : publications des auteurs russes, dans le contexte éditorial de la revue. En octobre 1917, le revirement sociopolitique de l’ancienne Russie provoque la fuite massive de la population. Soucieux de s’intégrer à leur pays d’adoption, plusieurs musiciens russes cherchèrent à collaborer avec des revues musicales parisiennes. Parmi celles-ci, La Revue musicale publia de nombreux écrits de musiciens russes émigrés.

La présente intervention mettra en évidence plusieurs aspects :

– l’identité des signataires, leurs parcours et leurs collaborations à la Revue.

– les sujets de ces publications : n’ayant, lors de leur arrivée en France, aucune certitude quant à la pérennisation de leur séjour, les musiciens russes préfèrent se cantonner à des sujets qui concernanient exclusivement leur culture natale.

 Anastasiia Syreishchikova. – La réception d’Hector Berlioz en Russie (1833-1869) : nouvelles sources, nouvelles approches. Hector Berlioz a effectué deux séries de concerts en Russie (en 1847 et 1867-1868, à Moscou et Saint-Pétersbourg). Le compositeur français considérait ces tournées comme les plus grands triomphes de sa carrière. L’image d’un accueil massivement positif de Berlioz en Russie, véhiculée encore aujourd’hui par la littérature musicologique, est fondée principalement sur les témoignages du compositeur lui-même. Cependant, sa réception en Russie reste encore peu étudiée car les sources russes sont difficilement accessibles. Grâce à des documents conservés dans les archives russes et jusqu’alors inédits – des articles de presse, des affiches, des dossiers administratifs, de la correspondance (dont trois nouvelles lettres de Berlioz) – on peut reconstituer l’histoire des relations entre Berlioz et la Russie du vivant du compositeur, ainsi que sa réception critique et musicale, pour mieux comprendre son succès.

Les trois intervenantes sont des membres associées de l’IreMus.

Elena Vorobieva Sauvanet : vogel13[at]gmail.com

Anastasiia Syreishchikova : anastasiia.syreishchikova[at]gmail.com

Irina Akimova : irinaakimova[at]hotmail.com

 


Vous aimerez aussi...