Première séance du séminaire « Les échanges artistiques entre la France et la Russie aux XIXe et XXe siècles »

Date: 8 novembre 2016 9 h-12h et 13h30-16h30
Lieu: Maison des Sciences de l’homme d’Aquitaine, 10 esplanade des Antilles, 33607 Pessac, Salle Jean Borde.

 

Coordinateur à l’université Bordeaux Montaigne: Pascale Melani, professeur à l’université Bordeaux Montaigne, EA 4593 CLARE,
en association avec Sylvie Mamy, directrice de recherche au CNRS, IreMus (Institut de Recherche Musicologique du CNRS)

 

Première séance : Quelques aspects concernant les conditions sociales, économiques et politiques de l’émigration des artistes français en Russie et des artistes russes en France aux XIXe et XXe siècles. 

 

9h : Ouverture du séminaire. Présentation des séances à venir

9h 15 : Introduction par Pascale Melani

10h 00 : Introduction par Sylvie Mamy

10h45 : Pause

11h 00 : Quelques écrits français et russes sur la musique russe. Discussion

12h-13h30: Pause déjeuner

 

13h30: Reprise des travaux

Présentation d’Elena Vorobeva Sauvanet, musicologue, chercheur associé à l’IreMus 

Le Théâtre Impérial français à la cour impériale de Russie (1801-1825) 

 Sous le règne de Catherine II, l’opéra français jouissait d’un accueil particulièrement favorable à la Cour impériale de Saint-Pétersbourg. Cet accueil se poursuivit durant les décennies suivantes. On peut dire que les opéras français recueillirent leurs plus grands succès à l’époque du tsar Alexandre Ier et que sa mort mit fin à l’« aventure » française sur le sol russe.

L’opéra français était importé en Russie par des chanteurs et comédiens français, qui avaient immigré en Russie, puis étaient devenus membres de la troupe impériale russe. Saisissant les opportunités qui leur étaient offertes, les artistes de la troupe française surent s’adapter aux goûts de la noblesse russe et des spectateur sordinaires, tout en propageant dans le public russe des genres typiquement français : opéras comiques, vaudevilles et comédies. Ainsi, réussirent-ils à influencer le répertoire musical russe en cours d’élaboration, notamment les formes théâtrales, et surtout l’opéra qui, au début du XIXe siècle, était encore, en Russie, en quête de son identité nationale.

14h45: Discussion, pause.

 15h Présentation d’Irina Akimova, musicologue, chercheur associé à l’IreMus

LOpéra russe à Paris, 1928-1945

L’intervention portera sur la création, en 1928, dans la capitale française, de la troupe lyrique « L’Opéra privé de Paris », sur l’initiative de Maria Kouznetsova-Massenet. Arrivée en France dans les années 1920, l’ancienne chanteuse des Théâtres impériaux rassembla autour d’elle les artistes émigrés les plus connus de la Russie tsariste qui, comme elle, avaient émigré en France, avec l’objectif de faire découvrir au public parisien plusieurs des opéras russes les plus significatifs du grand répertoire du XIXe siècle. Son projet donnera naissance à la « Grande saison russe à Paris », dont les activités se poursuivirent jusqu’en 1945, sous la direction de ses plus proches collaborateurs : le prince A. Zereteli et le colonel de W. de Basil. On retracera brièvement le parcours de chacun des artistes qui furent actifs dans la troupe russe à Paris, montrant comment ceux-ci avaient mené leur carrière sur le sol russe, avant la révolution de 1917, puis, après leur émigration forcée, comment ils surent mettre leur savoir-faire et leurs talents respectifs au service d’un projet commun d’une envergure exceptionnelle. On évoquera également l’accueil que le public parisien réserva à ces opéras russes, à travers les articles parus dans la presse française de l’époque.

16h15 Discussion. Clôture de la première séance


Vous aimerez aussi...