Le programme de recherche: DE BORDEAUX A SAINT-PETERSBOURG, MARIUS PETIPA (1818-1910) ET LE BALLET « RUSSE » Transfert, appropriation, réinterprétation d’un modèle culturel

Ce projet, que fédère la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, ambitionne de réaliser, sur la base d’une coopération internationale, la première synthèse scientifique sur l’œuvre de Marius Petipa (1818-1910), danseur et chorégraphe de renommée universelle, qui a travaillé en 1843-1844 au Grand-Théâtre de Bordeaux, avant d’accomplir une très longue carrière au service des Théâtres impériaux de Russie. La figure de Petipa, révélatrice des liens constitutifs entre les cultures française et russe dans le domaine de la danse, constituera l’axe autour duquel s’organisera la réflexion des chercheurs. Ce projet inclut un programme de publications comprenant l’édition critique de ses écrits, l’organisation d’un colloque international à Bordeaux en 2015 et plusieurs actions de valorisation en partenariat avec des acteurs culturels locaux (Opéra national de Bordeaux, Malandain Ballet Biarritz…), dans le cadre de la célébration du bicentenaire de la naissance du chorégraphe prévue en 2018.

Description scientifique

A travers l’œuvre de Marius Petipa, il s’agit d’étudier un exemple de transfert culturel, celui du ballet dit « russe », genre importé en Russie par des chorégraphes français, perfectionné et adapté par des maîtres de ballet russes et qui a ensuite rayonné vers Paris et dans le monde entier grâce aux Ballets russes de Serge Diaghilev. Né à Marseille dans une famille de danseurs et d’acteurs, Marius Petipa, après des contrats éphémères dans plusieurs théâtres dont celui de Bordeaux, a effectué une carrière de plus de cinquante ans en Russie, où il est devenu Marius « Ivanovitch » Petipa. Parachevant l’évolution du ballet romantique, il a fixé les règles du grand ballet académique, dit « ballet russe », et a laissé à la postérité une soixantaine de créations, dont les plus célèbres (La Bayadère, Le Corsaire, Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant, Casse-noisette, Raymonda, etc.) continuent d’être données sur toutes les scènes du monde. Le nom « Petipa » est devenu synonyme de ballet classique. Pourtant, si elle constitue une référence incontournable pour tous les professionnels de la danse, l’œuvre de Marius Petipa demeure très peu étudiée par les chercheurs français. Il n’existe actuellement aucun ouvrage en français sur le chorégraphe, ni même une simple biographie. Les livrets de ses ballets et les indications de mise en scène n’ont pas été rassemblés. La publication de ses écrits reste parcellaire et sujette à caution, l’édition française de ses Mémoires ayant été réalisée d’après la traduction russe de 1971. Les Journaux de Petipa, partiellement publiés en russe, puis en anglais, sont toujours inédits en langue originale française. Dans le cadre du projet présenté, les chercheurs se fixent les objectifs suivants :

  • réaliser la première étude globale sur l’œuvre de Marius Petipa, qui sera replacée dans son contexte artistique, englobant l’histoire du ballet en France et en Russie et celle des transferts culturels et des circulations artistiques entre ces deux pays
  • préciser son rôle dans l’histoire du théâtre musical, ainsi que sa place dans l’univers contemporain de la danse, à travers une étude de l’interprétation, de la reconstitution ou des relectures de ses œuvres
  • retracer l’histoire des premières mises en scène de ses ballets sur la base de documents d’archives inédits et de témoignages d’époque, non traduits en français
  • établir l’édition critique complète de ses écrits

 Composition de l’équipe, actions envisagées, méthodologie

Ce projet a été établi sur la base d’une collaboration entre l’EA 4593 CLARE-Centre ARTES de l’université Bordeaux-Montaigne, l’EA 3003 CRPHLL de l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), l’EA 4276 L’AMo de l’université de Nantes, l’EA 3274 LESA de l’université d’Aix-Marseille, le Pôle d’enseignement supérieur de la musique et de la danse de Bordeaux-Aquitaine (PESMD) et plusieurs acteurs culturels aquitains (Opéra national de Bordeaux, Malandain Ballet Biarritz). L’équipe mobilisée est une équipe internationale et pluridisciplinaire de chercheurs relevant de disciplines diverses (études slaves, études italiennes, études théâtrales, musicologie, balletologie) qui a constitué en 2013 le réseau international MLADA (« Musique, Littérature, Arts et Danse Associés »), porté par la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine en association avec la MSH Ange-Guépin de Nantes. Ce réseau réunit des chercheurs issus de plusieurs laboratoires et établissements français ou étrangers :

– pour l’EA 4593 CLARE (Centre ARTES) de l’université Bordeaux-Montaigne, Pascale Melani, professeure de langue et littérature russes, Pierre Katuszewski, maître de conférences en études théâtrales et Marie-Cécile Barras, maître de conférences de musique et musicologie à l’ESPE d’Aquitaine ;

– pour l’EA 3003 CRPHLL de l’UPPA, Hélène Laplace-Claverie, professeure de littérature française ;

– pour l’EA 4276 L’AMo de l’université de Nantes, Walter Zidaric, professeur en études italiennes et études slaves ;

– pour l’EA 3274 LESA de l’université d’Aix-Marseille, Jean-Marie Jacono, maître de conférences de musicologie ;

– pour l’EA 1392 CRTF de l’université de Cergy-Pontoise, Lætitia Le Guay, maître de conférences en langue et littérature françaises ;

– pour l’EA 4524 RASM de l’université d’Évry, André Lischke, maître de conférences HDR de musicologie ;

– pour l’Institut d’État des Arts de Moscou (Russie), Elizabeth Souritz, directrice de recherche en histoire de la danse, et Serguei Konaev, chargé de recherche en histoire de la danse ;

– pour le Conservatoire d’État Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg (Russie), Natalia Braginskaya, maître de conférences d’histoire de la musique, et Natalia Dunaeva, maître de conférences d’histoire de la danse ;

– pour Baruch College, CUNY université de la ville de New York (Etats-Unis), Anne Swartz, professeure de musicologie ;

– pour Univerität Salzburg (Autriche), Claudia Jeschke, professeure d’histoire de la musique et de la danse ;

– pour l’université de Naples, L’Orientale (Italie), Michaela Böhmig, professeure de langue et littérature russes ;

– pour le Conservatoire Tchaïkovski de Moscou (Russie), Nino Barkalaya, enseignante titulaire de musique, docteur ès arts.

Actions prévues:

  • un colloque international (2015)
  • un programme de publications à valeur patrimoniale (2016-2017)
  • des « produits dérivés » de la recherche (2016-2017) qui seront préparés en vue du bicentenaire de Petipa en 2018

Le colloque international est prévu les 21-22-23 octobre 2015. Il sera hébergé par l’Opéra National de Bordeaux, dans le Salon Gérard-Boireau du Grand-Théâtre. Une captation vidéo est prévue.


Vous aimerez aussi...